Pour bénéficier gratuitement d’une prévention personnalisée,

découvre les coordonnées
du centre IPERGAY
le plus proche de chez toi
en tapant ton code postal

 

Témoignages

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next

Je veux faire avancer la recherche en participant à un essai de traitement pré-exposition, qui est l’avenir de la lutte contre le VIH.

Fabrice, participant

"L'approche globale de prévention proposée dans ANRS IPERGAY a conduit AIDES a s'impliquer dans cet essai."

Bruno Spire, président d’AIDES

J’apprécie la convivialité des équipes IPERGAY, l’aide à la mise en place de solutions personnalisées en matière de prévention et la régularité des dépistages.

Raphaël, participant

Ce programme est pour moi une chance supplémentaire de me protéger.

Christian, participant

” Il n'est pas possible de faire baisser les contaminations en comptant uniquement sur le seul usage du préservatif. D'autres méthodes doivent être expérimentées en impliquant les personnes concernées par les prises de risque.”

Bruno Spire, président d’AIDES

IPERGAY va faire changer les mentalités. Trop de gens, autour de moi, prennent des risques mais n’en parlent pas. Il faut en parler, en prendre conscience pour faire changer les choses.

Bertrand, participant

"Ce projet représente une opportunité réelle de renforcer la prévention du VIH dans une population à risque et d'identifier les meilleurs outils de prévention à notre disposition."

Pr Jean-Michel Molina, chef du service maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Louis

Ce qui me plaît dans IPERGAY, c’est que j’ai un suivi sur mes prises de risques : discussions, suivi médical... avec une équipe toujours dispo et sans jugement, compte tenu en plus de ma spécifité trans-genre.

Valérie Alsat, participante

"En l'absence de vaccin disponible à court et moyen terme, il faut en effet évaluer de nouveaux outils de prévention. Les médicaments antiviraux semblent représenter une piste intéressante qu'il faut évaluer dans notre contexte Français et Européen."

Pr Jean-Michel Molina, chef du service maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Louis

"Le programme ANRS IPERGAY correspond à des besoins exprimés par les hommes gays rencontrés sur le terrain."

Bruno Spire, président d’AIDES

Actualité

24.07.2014
Voici les premières données d'IPERGAY révélées lors de la conférence internationale contre le sida à Melbourne. Lire l'article
23.07.2014
Le CDC Européen n'est pas encore prêt à recommander la prescription de la PrEP contre le VIH et attend le résultat des études en cours, dont IPERGAY. Lire l'article
 

L’OMS, la PrEP et IPERGAY : mise au point

Paris le 16 Juillet 2014

 

Chers Participants,
 
Comme nous essayons de le faire depuis le début de l’étude ANRS Ipergay il y a deux ans maintenant, nous souhaitons vous donner toute l’information nécessaire à votre participation à cette étude et sur la PrEP en général.
C’est ainsi que nous venons de vous adresser la « newsletter Ipergay été 2014 » qui vous informe sur l’avancée de l’étude.
Nous souhaiterions aussi vous donner notre point de vue sur les récentes recommandations de l’OMS vis-à-vis de la PrEP.
En effet celles-ci ont été publiées le 11 Juillet dernier, juste avant la conférence internationale sur le SIDA qui se tient à Melbourne à partir de la fin de cette semaine, et vous les trouverez ci-joint en Anglais (elles ne sont en effet pas encore disponibles en Français). L’OMS recommande l’utilisation de la PrEP « as an additional prevention choice » (un choix additionnel de prévention) chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH).
Ces recommandations nous ont surpris car elles ne reposent sur aucune donnée nouvelle, et se basent uniquement sur les résultats du seul essai de PrEP chez les HSH (l’essai Iprex réalisé principalement en Amérique du Sud), dont les résultats sont publiés et connus depuis 2010, et  qui retrouve avec une PrEP par Truvada en continu, une réduction du risque d’infection par le VIH de 44% (voir page 45). Les auteurs n’ont malheureusement pas réussi à démontrer que cette stratégie permettait avec certitude de réduire le risque d’au moins 30%, compte tenu de l’intervalle de confiance autour de ces 44%.
Il y a plusieurs explications à ces résultats dont en particulier l’observance imparfaite d’un traitement continu. En effet, le pourcentage de participants ayant des taux de médicaments dans le sang (ce qui démontre la prise du traitement), n’était que de 51% dans l’étude Iprex. Cela montre les limites de la prise en continu et l’intérêt d’évaluer d’autres schémas plus simples, donc mieux suivis.
Ces résultats, avec ceux des autres essais de PrEP (dont deux récents chez des femmes en Afriquequi n’ont pas montré de bénéfice de la PrEP en continu par Truvada : les essais Fem-Prep et VOICE ), ont  conduit de nombreux pays à ne pas autoriser l’utilisation de la PrEP en attendant les résultats d’autres études.
C’est le but de l’étude ANRS Ipergay. Grâce à votre participation, nous espérons fournir des données scientifiques indiscutables sur l’efficacité de la PrEP chez les HSH en général et de la PrEP à la demande en particulier, et valider ainsi un schéma d’utilisation plus simple et mieux toléré. C’est pour cela que l’étude est réalisée contre placebo. Nous voulons déterminer, avec Ipergay, si la PrEP est réellement efficace dans notre contexte, et quel est son niveau d’efficacité et de tolérance,  afin de fournir des éléments aux autorités de santé en France, au Canada et en Europe en général.
Les recommandations de l’OMS renforcent l’intérêt autour de la PrEP comme outil de prévention  et la nécessité de fournir des données scientifiques  pertinentes.
Grâce au soutien de l’ANRS, du Canadian Trial Network et de la Fondation Gates nous allons pouvoir très prochainement étendre l’étude ANRS Ipergay à plusieurs pays Européens.
Votre engagement et votre participation à cet essai sont bien évidemment plus que jamais nécessaires pour apporter ces réponses.
Les premiers résultats d’observance de la PrEP à la demande dans l’étude ANRS Ipergay qui seront communiqués en début de semaine prochaine à la conférence internationale sur le SIDA de Melbourne, valident d’ailleurs cette approche, comme je vous invite à le découvrir sur notre site le mardi 22 juillet au matin. Ces résultats sur l’observance ne préjugent pas de l’efficacité de la stratégie mais laissent espérer une efficacité potentiellement plus élevée que dans l’essai Iprex. Ce très bon niveau d’observance de la PrEP dans l’essai Ipergay est à maintenir tout au long de l’essai et nous allons vous y aider avec vos accompagnateurs et votre équipe médicale.
Votre mobilisation et votre implication dans cette recherche sont donc cruciales, et les retombées des résultats de l’étude Ipergay vont bénéficier à toutes les personnes qui sont exposées au risque de contamination par le VIH de par leurs pratiques sexuelles.
En attendant que la PrEP soit disponible en Europe (elle l’est actuellement au Canada), l’accompagnement et le suivi médical réalisés dans Ipergay constituent la meilleure offre de réduction des risques pour les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes

Merci encore de votre participation à cette étude,
Très cordialement,

Pr. Jean-michel Molina,
Pour le conseil scientifique de l’étude ANRS Ipergay

 

A télécharger :

Recommandations de l'OMS